11 juin 2017 - La Sainte Trinité

La Paix soit avec vous
Père Paul de Quatrebarbes

CHOISIR LE BIEN : UNE AMBITION MODERNE ?

  Saint Ignace de Loyola nous a enseigné l’art de « sauver la proposition de son prochain ». Il s’agit en effet d’un art. Son exercice n’est pas sans péril toutefois, car à trop vouloir sauver, on peut négliger ce qui tord le réel, injurie la justice ou banalise la tartufferie. Ainsi le désir de « moraliser la vie publique » est-il louable. Il traduit en effet une des qualités de l’être humain : orienter son action selon le bien.

  Mais nous sommes témoins que la morale a bon dos, devenue otage d’accusateurs publics irréprochables bien sûr ; qu’instrumentalisée, elle devient arme politique de destruction ou de déstabilisation massive. L’intérêt qu’elle suscite soudain n’est-il pas un rien suspect ? On cherche quelle arrière-pensée se cache derrière l’étendard brandi, on craint l’avènement de justiciers aux idées pures et aux mains ensanglantées, on redoute l’instauration d’une dictature qui dilue dans le légal le sens de la responsabilité.

  Sans doute risque-t-on gros à confondre politique et morale, cela remonte au 18ème siècle, mais ce n’est pas la vertu qui est ici recherchée, c’est l’impeccabilité extérieure, le rêve d’un compte d’apothicaire, une tranquillité légale – qui permettra toutes les casuistiques possibles et tous les détours nécessaires et tous les détournements utiles. « Pas vu, pas pris » ; « si tu crois m’avoir vu, c’est que tu as mal regardé ! »

   Pourquoi borner un tel projet à « la vie publique » ? Les politiques devraient-ils seuls endosser le costume d’une exemplarité idéale aux critères aléatoires ? La situation est paradoxale ; cette ambition de moralisation traduit une aspiration à retrouver ce qui a été évacué de la vie sociale : l’éducation de la conscience à une conduite bonne, sous la lumière de la loi morale. Elle masque en réalité une aspiration du peuple à une vie selon le bien. Elle en constitue même une confiscation. Pourquoi faudrait-il en effet que certains politiques soient seuls concernés, juges et parties en plus ?

Tartuffe n’est jamais loin de ces postures hautaines autant que vaines. Sauf à découvrir que chercher et choisir le bien constitue en fait la tâche moderne par excellence !

Père Antoine Louis de Laigue
curé

Vous pouvez relire « Spectateurs menés en bateau ? », n°5, « Alors, tous pourris ? », n°9, « Politique ou morale ? », n°23.

Feuille d'Information Paroissiale de Notre Dame de Grâce de Passy
Editoriaux - archives


[Ordinations 2017] Julien Guérin & Baptiste Milani - Notre-Dame de la Strada à Bruxelles


[Ordinations 2017] Timothée du Moulin & Francisco Dolz


[Ordinations 2017] Louis-Marie Talon & Baptiste Loevenbruck - Collège des Bernardins

Vigile Pascale de Notre Dame de Grâce de Passy
Vigile Pascale de Notre Dame de Grâce de Passy : Album photos