23 avril 2017 - 2ème dimanche de Pâques

La douce force du premier jour
Benoît XVI, Veillée pascale 2011

LA PAIX SOIT AVEC VOUS !

  Les disciples ont vu mourir le Christ et par crainte ils se barricadent au cénacle. Et voici que leur maître et ami apparaît, bien vivant, au milieu d’eux. L’événement est surprenant. Pourtant les premiers mots de Jésus ne sont pas des discours d’explications sur la Résurrection ou de jugement vis-à-vis de ceux qui l’ont lâchement abandonné. Mais bien une parole de paix.

   Nous ne vivons pas un temps de paix. La campagne présidentielle qui s’achève (enfin) n’a pas fait montre de sérénité excessive. Et jeudi soir, pour terminer, une fusillade éclate au cœur de Paris. L’autorité, symbolisée par ces policiers, est assassinée. Elle est atteinte également par la perturbation de l’émission consacrée à l’élection présidentielle. Une certaine France commerciale, luxueuse et glamour, est encore frappée sur l’avenue des Champs-Élysées, à deux pas de l’Arc de Triomphe et de la flamme du soldat inconnu. Nous aspirons à la paix dans notre pays. Mais celle-ci semble chimérique, comme un passé perdu bien hypothétique, comme un avenir sombre et fermé. Les temps qui s’annoncent ne sont pas des temps de paix.

   Dans l’évangile de ce dimanche (Jn 20, 19-31), le Christ répète aux disciples trois fois : « la paix soit avec vous ! », comme il demandera à Pierre qui l’a renié trois fois de tripler sa parole : « tu sais que je t’aime ». Notre Seigneur martèle cette parole de paix car nous sommes lents à croire.

   En outre, il est significatif que cette paix ne fasse pas abstraction des blessures. Même si toute souffrance a été engloutie dans la Résurrection, la marque des clous et de la lance demeure comme trace de l’amour. C’est en touchant concrètement les plaies transfigurées que les disciples acquièrent la paix et que Thomas est guéri de son scepticisme.

   La paix réelle est surnaturelle, c’est un don de Dieu. Il faut et il faudra encore œuvrer concrètement pour celle-ci. Le futur président aura bien du travail et nous devrons tous collaborer humainement à la construction de la paix. Mais comment atteindre la paix si nous ne prions pas d’abord ? Et si nous ne croyons pas d’abord à la Résurrection, c’est-à-dire à la possibilité de faire du vivant à partir de la mort et de frayer un chemin dans une impasse ? La paix ne peut venir que de Celui qui traversa et transperça la mort, par amour pour nous. Puissions-nous, avant que de glisser un bulletin dans l’urne, prier chacun ardemment pour la France.

Père Etienne Masquelier

Feuille d'Information Paroissiale de Notre Dame de Grâce de Passy
Editoriaux - archives

Photo © Jean-Michel Toucche
Vigile Pascale de Notre Dame de Grâce de Passy
Vigile Pascale de Notre Dame de Grâce de Passy : Album photos

[Carême 2017] Dieu est-il humain ? par Olivier Boulnois


[Carême 2017] L'image de l'invisible par Olivier Boulnois      Texte

[Carême 2017] Parole et Vérité par Olivier Boulnois    Texte


[Carême 2017] Incarnation et culture par Michael Edwards    Texte


[Carême 2017] Culture et liberté par Olivier Boulnois   Texte

Jésus l'Incomparable - 3e MOOC de SINOD : annonce du Collège des Bernardins sur Vimeo.


[Formation] - Le parcours EVEN