espaceur
Misericordieux comme le Père
5 février  - 5ème dimanche du Temps ordinaire

De l'esthétique dans le Monde
Père Etienne Masquelier

LE TEMPS DE DIEU… LE GOÛT DE DIEU…

  Le chrétien n’est pas un riverain ou un spectateur du monde. Sa foi l’incite à un regard large sur la vie des hommes. Elle l’engage à l’espérance, cette surprenante vertu de résistance au fatalisme ou à l’immédiat, au nom même de Celui qui est au cœur de sa foi et dont l’engagement fut sans faille.
Face à tout cela me traverse de façon répétée cette question : quel est ce temps ordinaire, que nous propose la liturgie depuis le lendemain de l’Épiphanie et du baptême du Seigneur ? Mes yeux et mon cœur se sont remplis durant le temps de Noël, de la révélation de l’inouï : l’Incarnation de notre Dieu, Son choix d’habiter au milieu des Siens. Et le mouvement de la liturgie nous conduira bientôt, avec le Carême, aux chemins de Pâques.
Le Temps Ordinaire est ce que nous vivons ainsi, au creux des jours et dans le flux ininterrompu des événements du monde. Et nous sommes appelés à le traverser dans cette attention à la vie des hommes et du monde…
Voilà pourquoi le Christ clame : “Vous êtes le sel de terre … vous êtes la lumière du monde !”… Il peut parfois nous arriver de nous demander ce que la foi au Christ apporte à nos vies bien routinières… Elle nous donne le goût de Dieu ; elle nous révèle la valeur de nos ordinaires ; elle nous en fait saisir de l’intérieur la pleine saveur. Si nous restons unis à Jésus, alors notre vie prend tout son sens (c’est-à-dire sa signification et sa direction), dans toutes ses dimensions ; et nous comprenons que tout a un sens, même les épreuves et les persécutions
C’est cette “saveur” que nous sommes appelés à donner au monde par notre vie.
Que serait un chrétien qui n’ambitionnerait plus d’être le “sel de la terre” ? Un chrétien qui aurait cessé de vivre selon l’esprit de l’Évangile ; qui aurait adopté les maximes du monde, ses slogans, ses façons de penser au point de s’y conformer totalement ; ce chrétien n’aurait plus d’utilité ! Alors –encore et toujours !– là où nous sommes, modestement, à notre mesure, apportons quelque chose de plus, ou plutôt Quelqu’un : le Christ !

Père Laurent Chauvin

Feuille d'Information Paroissiale de Notre Dame de Grâce de Passy
Editoriaux - archives

Jésus l'Incomparable - 3e MOOC de SINOD : annonce du Collège des Bernardins sur Vimeo.


[Carême 2017] Les conférences de carême à Notre-Dame de Paris, rencontre avec Olivier Boulnois


Fratello-Rome 2016 5/5 : Vivre en frère


[Formation] - Le parcours EVEN