espaceur
Misericordieux comme le Père
18 décembre - 4ème dimanche de l’Avent

Se convertir à la (vraie) joie
Père Laurent Chauvin

LE JUSTE JOSEPH ET LA VÉRITABLE JUSTICE

  Figure discrète mais essentielle à l’économie du salut, Joseph nous est présenté dans l’évangile comme l’incarnation de l’homme juste. Il nous est cependant difficile de bien percevoir ce que signifie pour nous la justice de Joseph.

  Lorsque nous imaginons la justice, nous voyons souvent Thémis aux yeux bandés, tenant le glaive dans sa main gauche et la balance dans sa main droite. Nous oublions parfois que la justice ne se dit pleinement non dans l’allégorie mais dans la vertu infuse qui habite la personne, celle qui est dès lors reconnue comme « juste ». Avant d’être une femme aux yeux bandés, la justice se reconnaît dans la personnalité de cet homme aux yeux ouverts, Joseph, contemplant avec stupéfaction la grandeur d’un événement qui le dépasse. Cet homme est juste devant Dieu parce qu’il connaît la loi de Dieu, qu’il en vit non dans la crainte de l’épée, non dans la peur de Damoclès, mais dans la douce confiance de celui qui, comme le rappelle le psaume 1 - le psaume du « juste » - est comme « un arbre planté près d’un ruisseau ». Ses racines viennent s’abreuver à la source vivifiante de la Parole et de la Sagesse de Dieu. Il est celui que Dieu vient visiter même dans ses propres rêves parce qu’il vit comme ce veilleur dont nous parle le psaume 129. Joseph est l’homme de l’Avent parce qu’il est l’homme de la veille, le gardien de celui qui sera le Sauveur d’Israël. Joseph n’a pas besoin de revendiquer sa filiation devant le Seigneur - lui, le fils de David (Mt 1) - il lui suffit de recevoir, comme un don précieux, son épouse Marie, dont l’enfant est engendré de l’Esprit Saint. Joseph reçoit de l’ange la vocation sublime de donner à cet enfant son nom. C’est lui qui, pour l’éternité, désignera en vérité l’identité de cet enfant : Jésus, « c’est-à-dire le-Seigneur-sauve ».

   Lorsque nous pensons à la justice, nous voulons souvent crier devant Dieu et devant les hommes l’horreur de notre monde qui semble en comporter si peu. Joseph nous rappelle aujourd’hui, et de manière prophétique, que tout désir de justice serait vain si nous ne cherchions pas d’abord à être des hommes et des femmes nourris de la Parole de Dieu, attentifs aux appels de l’Esprit Saint, ne craignant pas de nommer la vérité. Finalement, de ceux dont il peut être dit : « cet homme était un juste ». Que saint Joseph nous y aide et nous conduise ainsi, au soir de Noël, à la joie de recevoir le Sauveur des hommes !

Père Paul de Quatrebarbes

Feuille d'Information Paroissiale de Notre Dame de Grâce de Passy
Editoriaux - archives


[Noël 2016] L'année 2016 avec Mgr André Vingt-Trois



Don en ligne


[Avent 2016] Joyeux Noël de la part du diocèse de Paris


[Avent 2016] “La Nativité” de l'église Saint-Roch


[Formation] - Le parcours EVEN