Dimanche 19 Juin - 12ème dimanche du Temps Ordinaire

Le maître de l'impossible II
Père Antoine-Louis de Laigue

À MARIE

   La Vierge se tient en silence dans la chambre de son cœur battant. Elle n’a pas vu venir l’ange, elle ne l’attend pas, elle n’a pas tout prévu, elle se laisse faire aussi. Elle se « laisse vivre », non pas comme celle qui se dessaisit de sa vie, qui renonce, mais comme celle qui se prépare à l’invisible. Elle est fille d’Abraham, qui partit un jour à l’Appel de Dieu sans trop savoir où il allait (He 11, 8). L’art de vivre est de se préparer à l’imprévisible, c’est à dire les grands bonheurs et les grandes douleurs, les naissances et les deuils, les sourires et les larmes. N’y-a-t-il pas dans chaque vie le mystère d’une annonciation et d’un passage, d’une visitation et d’un secret qu’on partage ? « Notre Dame du silence » médite toutes choses en son cœur, et parce qu’elle habite la demeure du silence elle accueille la Parole éternelle. Elle devient la tente de la rencontre où Moïse voyait Dieu face à face. On reçoit toujours une parole à la mesure de son silence. Elle est une femme de prière et la prière donne à l’âme la force tranquille, la liberté intérieure et la capacité de dire une parole juste.

   Le secret de ma vie, qui suis par bien des aspects un prêtre indigne car le sacerdoce est une réalité si haute qu’on ne peut que le trahir, c’est l’esprit de prière que je mendie chaque jour et c’est Marie. Elle est maîtresse de vie intérieure. Elle me donne d’habiter la profondeur du mystère. Elle me couvre de son ombre. Combien de fois ai-je balbutié ces mots grecs du texte de saint Luc, qui aimait beaucoup la Vierge, le seul à évoquer l’annonciation, la visitation, le recouvrement au Temple : Kaire, kekaritomene : « Je te salue, comblée de grâce » (Lc 1, 28). Kaire signifie plutôt : « Réjouis-toi ». Le mot même sonne comme une toute petite cloche, un rayon de joie sur la terre désolée des hommes. L’Évangile s’ouvre sur le mystère d’une joie qui va se diffuser dans le silence de l’ombre. « L’Esprit Saint te prendra sous son ombre ».

   Personne n’a vu passer l’ange, personne n’a entendu le dialogue ineffable, et pourtant il n’y a pas eu d’événements plus déterminants pour l’histoire de l’humanité que cette rencontre entre un ange invisible et la beauté d’une jeune fille. L’essentiel échappe toujours à ceux qui n’observent que l’écorce du temps et demeurent fascinés par l’écume des jours, mais cette heure-là, « un beau jour, ou peut-être une nuit », le monde entier entra dans l’espérance par le silence d’un cœur, par le passage d’un ange, par la parole de celle qui est « infiniment belle » comme le disait Péguy, parce qu’elle est aussi « infiniment mère ».

Père  Luc de Bellescize

Feuille d'Information Paroissiale de Notre Dame de Grâce de Passy
Editoriaux - archives


Alexis appelé à devenir prêtre pour Paris [ + ]


Bruno, appelé à devenir prêtre pour Paris [ + ]
 

Charles de Geoffre, appelé à devenir prêtre pour l'Église de Paris [ + ]
 

Édouard Thomé, appelé à devenir prêtre pour les Missions Étrangères de Paris [ + ]


Matthieu, appelé à devenir prêtre pour l'Église de Paris [ + ]
 

Maxime de Montarnal, appelé à devenir prêtre pour l'Église de Paris [ + ]
 

Michaël Faure, appelé à devenir prêtre pour l'Église de Paris [ + ]
 

Ollivier de Loture, appelé à devenir prêtre pour l'Église de Paris [ + ]
 

Philippe Cloarec, appelé à devenir prêtre pour l'Église de Paris[ + ]
 

Sébastien, appelé à devenir prêtre pour l'Église de Paris [ + ]
 

Vincent, appelé à devenir prêtre pour Paris [ + ]
 

JMJ Cracovie