Dimanche 5 Juin - 10ème dimanche du Temps Ordinaire

Jean Rodhain: une œuvre de miséricorde toujours en marche..
Père Laurent Chauvin

LE MAÎTRE DE L’IMPOSSIBLE
I

    Sans doute, dans la vie de foi d’un chrétien doit-il y avoir un moment ou plusieurs moments d’épreuve. Qu’est-ce à dire ? Simplement ceci que l’on découvre dans les Evangiles et dans la vie des saints et dans sa propre vie éclairée par les paroles évangéliques : si l’on vit dans la foi, on n’y peut échapper, comme on ne peut se dérober à une épreuve de vérité. Enfin, on peut toujours se dérober, bien sûr, mais alors ce qui a été entrevu et peut être désiré se déroberait aussi dans le même mouvement.

   Songez ainsi à la fameuse exclamation de Pierre entendant Jésus affirmer qu’il est impossible d’entrer dans le Royaume de Dieu, et pas seulement à un riche : « Mais alors, qui peut être sauvé ? » Ou à l’étonnement des apôtres s’entendant dire : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ou à l’indignation d’auditeurs : « Comment peut-il donner sa chair en nourriture ? » Songez aussi à vos propres exclamations intérieures, à vos objections insurmontables, à la tristesse secrète de trouver les préceptes du Seigneur désirables mais au-dessus de vos moyens.

   Au contraire de ce que vous pensez, ce sentiment d’être dépassé ou de ne pas être capable constitue l’indice d’une perception juste. Car, incontestablement, nous devons éprouver cet « impossible à l’homme » qui découvre l’amour abyssal et attirant du Créateur. Quoi de plus normal en effet que la vie divine qui humanise soit hors de portée de l’être humain, créé à l’image de Dieu. Nous devons éprouver cet « impossible » pour que, nous retournant enfin et encore, nous consentions à laisser Dieu lui-même accomplir en nous ce qu’il a commencé lors de notre baptême.

   Personne n’aime être déstabilisé par cet « impossible » éprouvé, qui s’apparente à l’expérience de l’impuissance. Et c’est pourtant le seul chemin qui pourra permettre d’être grandi et de vivre de grandes choses. Un peu à la manière de Bartimé, l’aveugle sur le chemin, qui s’entend dire : « Aie confiance, il t’appelle ! » et qui bondit, rejoint le Seigneur, est guéri par lui et se met à le suivre.

Père Antoine-Louis de Laigue
curé

Feuille d'Information Paroissiale de Notre Dame de Grâce de Passy
Editoriaux - archives



Bruno, appelé à devenir prêtre pour Paris [ + ]
 
 

Édouard Thomé, appelé à devenir prêtre pour les Missions Étrangères de Paris [ + ]


Charles de Geoffre, appelé à devenir prêtre pour l'Église de Paris [ + ]
 

Vincent, appelé à devenir prêtre pour Paris [ + ]
 


Philippe Cloarec, appelé à devenir prêtre pour l'Église de Paris[ + ]
 

Ollivier de Loture, appelé à devenir prêtre pour l'Église de Paris [ + ]
 
JMJ Cracovie