Dimanche 3 Avril - 2ème dimanche de Pâques  

Christ est ressuscité
Raymond Harter, diacre

JE CROIS EN LA RÉSURRECTION DE LA CHAIR

   Certains sondages relèvent qu’une partie seulement des catholiques croient à la résurrection. Je doute que les sondages d’opinions, conçus pour des campagnes de vente de yaourts ou de voitures, donnent une vraie image de l’espérance religieuse de l’homme. De quelle résurrection parle-ton ? D’idée générale, de la résurrection de Jésus, de la mienne ou de celle de mon proche parent que j’ai perdu ? Disons encore que ces sondages n’ont pas de sens puisque la résurrection de la chair est un article du credo, c'est-à-dire le cœur de la foi. 100% des catholiques croient en la résurrection, les autres ne sont pas (encore) catholiques.

   Il est difficile de croire, convenons-en. Mais il ne s’agit pas ici d’une idée fumeuse, ou d’une théorie philosophique à étayer. La résurrection nous parle d’amour. A mon sens, il est possible et très simple de penser sans espérer, mais difficile d’aimer sans espérer. En effet, comment dire à une personne chérie : bientôt tu seras du néant ? Comment Dieu créateur pourrait-il nous aimer en nous abandonnant à la mort, en laissant son ami voir la corruption ? Dieu nous aurait-il créés pour nous voir, impuissant, disparaître à jamais ? On peut toujours ne pas croire, mais, au fond, qu’il est juste et simple de croire lorsque l’on aime !

   Quand je pense à mon ami(e) sur lequel la planche du cercueil s’est fermée, mon cœur désire la permanence de son être entier, toute sa personne, corps et âme. Le matérialisme nu ne me convient pas, parce que je veux le revoir et la dissolution dans le grand tout des bouddhistes ou le Nirvana ne me convient pas davantage. La réincarnation, elle, me convient encore moins parce que je ne veux pas retrouver quelqu’un d’autre et surtout pas un oiseau, un cheval ou une fourmi. Pour celui qui aime, la réincarnation n’a pas de sens. Et la seule éternité de l’âme – affirmée par tant de philosophes - ne me comble toujours pas puisque que je ne veux pas revoir une âme qui flotte. La résurrection est la seule espérance qui corresponde au cri de mon cœur : je veux le (la) serrer à nouveau dans mes bras. Elle n’est pas un conte de fée, ni un événement du passé sans intérêt, c’est le désir profond de mon être.

   Pour nous, au nom de l’humanité entière, saint Thomas eut la grande grâce de toucher le corps du Ressuscité. Et en conséquence il fit la plus belle profession de foi possible en la divinité de Jésus : « mon Seigneur et mon Dieu », lui dit-il. L’incroyant est devenu le plus croyant d’entre nous. Jésus est ressuscité et s’est laissé rejoindre pour que je croie aujourd’hui que je reverrai l’être aimé que la mort m’a arraché, que je le serrerai à nouveau contre mon cœur.

Père Etienne Masquelier

Feuille d'Information Paroissiale de Notre Dame de Grâce de Passy
Editoriaux - archives

Il est ressuscité
© Jean-Michel Touche

La Semaine sainte à Paris en 2016
 
Le recueil des conférences de carême à Notre-Dame de Paris 2016

ENTRAIDE-EPICERIE SOLIDAIRE
NOTRE-DAME DE GRÂCE DE PASSY
SOUTIEN AUX ETUDIANTS EN IRAK
Entr'aide - Epicerie socile Aider les étudiants en Irak

PROPOSITIONS POUR LES OFFRANDES DE CARÊME 2016 (PDF)
 
CONSTRUCTION D’UNE ÉGLISE PAROISSIALE À COTONOU C C F D - TERRE SOLIDAIRE
CONSTRUCTION D’UNE ÉGLISE PAROISSIALE À COTONOU CCFD Terre solidaire


Invitation à la Veillée de prière pour la vie 2016