Dimanche 6 mars 2016 -  4ème dimanche de Carême

Le changement, mais encore ?
Père Antoine-Louis de Laigue

DEUX FILS N’AVAIENT PAS DE PÈRE

    « Je reviendrai vers mon père », dit le fils de la parabole. Le fils ne revient vers le père que parce qu'il sait qu'un amour l'attend au pas de la porte. Le père de la parabole a laissé son fils partir et dilapider l'héritage. Il ne l'a pas retenu. Dieu n'est pas un œil qui me regarde, un « père la morale » qui épie mes pas. C'est souvent ce Dieu-là que les hommes refusent. Sartre raconte dans Les Mots son rejet de Dieu quand il était enfant. Il écrit : "Pendant plusieurs années, j'entretins des relations publiques avec le Tout Puissant. Dans le privé, je cessai de le fréquenter. Une seule fois, j'eus le sentiment qu'il existait. J'avais joué avec des allumettes et brûlé un petit tapis. J'étais en train de maquiller mon forfait quand soudain Dieu me vit, je sentis son regard à l'intérieur de ma tête et sur mes mains; je tournoyais dans la salle de bains, horriblement visible, une cible vivante. L'indignation me sauva : je me mis en fureur contre une indiscrétion si grossière, je blasphémai contre Dieu. Il ne me regarda plus jamais". Je me demande pour ma part si, loin d'avoir fait l'expérience de Dieu, Sartre n'a pas vécu une expérience satanique, et rencontré celui que l'apôtre Paul appelle « l'accusateur ».

   « Un homme avait deux fils, écrit Péguy, deux fils n’avaient pas de père ». L’un dilapide l’héritage comme on se coupe de la source vive et l’autre se considère comme un serviteur qui obéit aux ordres. La parabole du fils prodigue entreprend de restaurer le regard que nous portons sur la paternité de Dieu. Dieu ne pointe pas son doigt sur moi pour m'accuser, mais il attend de loin mon retour. On ne convertit pas son cœur parce qu'on a peur d'un œil qui nous scrute, mais parce qu'on est touché par un regard qui nous espère. Certains d'entre nous sont loin de Dieu, dans le pays lointain de la dissemblance, certains dispersent, éclatent et ventilent leur vie. Laissez-vous toucher par ce regard qui vous attend ! Revenez à Dieu pour devenir des hommes libres. Revenez au sacrement de la réconciliation. Nous ne pouvons pas accéder à la liberté et recueillir nos vies blessées sans passer par la miséricorde. C'est le pardon du Père qui unifie notre existence inquiète. « C'est la seule parabole de Dieu que le pécheur n'a pas fait taire dans son cœur, écrit encore Péguy. Cette parabole le suit toujours comme un chien fidèle. Elle suit comme un chien que l'on bat mais qui reste, comme un chien maltraité, mais qui revient toujours ».

Père Luc de Bellescize

Carême 2016 - Trois temps d'échanges
Feuille d'Information Paroissiale de Notre Dame de Grâce de Passy
Editoriaux - archives

CARÊME 2016 : retraite en ligne ave Mgr Jérôme BEAU


ENTRAIDE-EPICERIE SOLIDAIRE
NOTRE-DAME DE GRÂCE DE PASSY
SOUTIEN AUX ETUDIANTS EN IRAK
Entr'aide - Epicerie socile Aider les étudiants en Irak

PROPOSITIONS POUR LES OFFRANDES DE CARÊME 2016 (PDF)
 
CONSTRUCTION D’UNE ÉGLISE PAROISSIALE À COTONOU C C F D - TERRE SOLIDAIRE
CONSTRUCTION D’UNE ÉGLISE PAROISSIALE À COTONOU CCFD Terre solidaire




Deux minutes à la foi - Quel est le sens du carême ?