Dimanche 3 janvier 2016 - Epiphanie du Seigneur

Il est né d'une femme
Père Luc de Bellescize

ATTIRÉ PAR LES ÉTOILES

  « J'allais sous le ciel, Muse ! et j'étais ton féal. Mon auberge était à la Grande-Ourse. Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou ».
Arthur Rimbaud, comme les rois mages, éprouve une grande joie à marcher sous les étoiles. Il a peut-être des « poches crevées » et « un paletot idéal », mais il se sent exister et bien davantage que dans le quotidien de sa vie.

   Citadin, j’ai passé ma jeunesse à Paris, pourtant j’ai beaucoup grandi lors de camps scouts ou de randonnées en montagne. Les nuits autour d’un feu sous les étoiles sont des moments importants de mon existence. On se sent à sa place. Minuscule, partie infime de la création, nous avons pourtant des yeux pour contempler toute cette beauté et les astres qui se trouvent à des milliards de kilomètres. L’homme est petit dans ses dimensions et grand parce qu’il peut contempler.

   « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient ». Des mages païens ont vu un astre singulier dans le ciel que les gens de Jérusalem n’ont pas remarqué car ils n’ont pas pris le temps de regarder le ciel. Les mages, eux, se sont levés la nuit pour leurs observations et leurs calculs, ils ont veillé et patienté. Regarder le firmament leur a permis de lever le nez, de sortir la tête du guidon, de s’arracher du quotidien.

   Nous recommençons une année et reprenons le chemin de l’école ou du bureau. Allons-nous changer quelque chose à nos habitudes ? Serons-nous à nouveau aspirés dans le tourbillon de la vie quotidienne ? Une vie entière peut passer sans avoir trouvé le temps de prier. Bien des chrétiens ne finissent par trouver ce temps qu’à la retraite ou à l’hôpital. Nous ne pouvons attendre autant. Décidons maintenant de ménager un temps pour contempler et se mettre à l’écart. En cette année 2016, où, quand et comment vais-je prier ?

   « Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie » dit l’évangile de Matthieu. Prendre le temps de regarder le ciel, le temps de la prière et de la contemplation ne sera pas un fardeau supplémentaire, mais bien davantage une joie profonde, une joie exigeante mais pérenne.

Père Etienne Masquelier

Devenir des Fils - Homélie de la nuit de Noël 2015 - Père Antoine Louis de Laigue
Feuille d'Information Paroissiale de Notre Dame de Grâce de Passy
Editoriaux - archives

Cardinal André Vingt Trois

Les grands moments de 2015 dans le diocèse de Paris

Message de Noël du cardinal André Vingt Trois