Dimanche 27 Décembre - La Sainte Famille

Parlons-en !
Père Antoine Louis de Laigue

IL EST NÉ D’UNE FEMME  (Galates 4, 4)

  Matre moenium. Le rempart autour de la mère. La maison est un rempart autour de la mère et la société est en paix dans la mesure où la femme peut enfanter en paix. Le signe de la beauté, hao, en caractère chinois, allie celui de la femme et celui de l’enfant. Certains s’efforcent de « refonder la famille » en affirmant que les familles « traditionnelles » entretiennent un modèle bourgeois qui favorise la domination de l’homme sur la femme. Seulement, la famille n’est pas un modèle, elle est la beauté originelle, le hao chinois, le fondement nécessaire de toute humanité et de toute parole. Il n’est pas « traditionnel » d’avoir un père et une mère. Il n’y a pas de famille « traditionnelle », il y a naturellement la famille. Il faut bien être né d’une femme pour dire une parole sur elle. La famille n’a donc pas à être « refondée », car on ne peut « fonder le fondement même » comme le dit Fabrice Hadjadj. « La plus ancienne de toutes les sociétés et la seule naturelle est celle de la famille » écrit Rousseau dans le Contrat Social. Mais déjà Socrate disait dans Le Banquet : « L’union de l’homme et de la femme permet l’enfantement et il y a dans cet acte quelque chose de divin », car « l’amour ne consiste pas seulement à s’unir au beau mais à engendrer dans la beauté ».

   Tout homme est né d’une femme et le Christ lui-même est né d’une femme, belle entre toutes. Il a sanctifié la maternité, assumé et sauvé la famille par le mystère de son incarnation. Il a aimé Joseph comme une image vivante de l’unique paternité de Dieu. J’ai vu une jeune mère lire Elle, qui titrait avec un narcissisme certain : « Mes deux plus beaux cadeaux de Noël : un homme et un bébé ». La première chasteté à demander, ce n’est pas d’abord le contrôle de ses forces et de ses passions, c’est fondamentalement une relation aux personnes qui soit juste, qui ne les enferme pas et fasse grandir leur liberté. C’est celle de donner la vie sans jamais la prendre pour soi, d’enfanter et de laisser vivre. Dieu lui-même ne nous a pas refusé son Fils, son unique, mais il l’a livré aux mains des hommes. Toute paternité, toute maternité est appelée à se purifier pour devenir l’image du Père qui donne son Fils. 

Père Luc de Bellescize

Devenir des Fils - Homélie de la nuit de Noël 2015 - Père Antoine Louis de Laigue
Feuille d'Information Paroissiale de Notre Dame de Grâce de Passy
Editoriaux - archives

Cardinal André Vingt Trois

Message de Noël du cardinal André Vingt Trois

Avent 2015 - 4ème méditation avec Elisabeth et Marie

Avent 2015 - 3ème méditation avec "Les foules au désert"

Avent 2015 - 2ème méditation avec Jean

Avent 2015 - 1ère méditation avec Marie