25 septembre 2016 - 26ème dimanche du Temps ordinaire

DERNIER CŒUR À CŒUR

   Le pape émérite nous offre ses dernières paroles publiques dans un livre d’entretien1 . À l’exemple de son grand et illustre maître saint Augustin2, le pape Benoît, en relisant sa vie et ses œuvres - profondément enracinées dans les drames et les joies de son temps -, ouvre son âme comme jamais auparavant. Au crépuscule de sa vie, le 265e successeur de Pierre ne craint pas de confesser au monde ses limites et sa faiblesse, ses craintes mais aussi sa grande foi et sa profonde espérance.

   Un pape a-t-il peur, à l’approche de la mort ? « Dans une certaine mesure, oui », confesse-t-il, dans la crainte d’être une charge pour les autres, à cause de la maladie ou de l’infirmité. « Pour moi, ce serait très attristant », confie-t-il. Il y a aussi le poids du sentiment de n’avoir pas toujours su bien faire. « Ah ! il y a tant de détails, pas de grandes choses, Dieu merci, mais tant de petites à propos desquelles il faut bien convenir qu’on aurait pu, qu’on aurait dû mieux faire. Que l’on n’a pas su apprécier les gens, la situation, à leur juste valeur ». Cette gravité naît, non d’un manque de foi, mais de la conscience que la rencontre définitive avec le Seigneur approche : « bien que je pense en toute confiance que Dieu ne me rejettera pas, plus on s’approche de Lui, plus on ressent avec force tout ce que l’on n’a pas bien fait ». Mais, de ces conversations, émerge également une forme de légèreté, quelque chose qui ressemble à de la joie, comme un avant-goût de cette joie définitive que le pape espère, de cette arrivée « pour de bon » dans la maison du Père. Le pape rit. Il rit presque à chaque page de cet entretien. « Je me réjouis - ajoute-t-il à propos de la vie éternelle - de retrouver mes parents, mon frère et ma sœur, mes amis et d’imaginer que tout sera de nouveau aussi beau que chez nous, à la maison ».

   Ces Dernières conversations sont un cœur à cœur profond et honnête, un ultime cadeau offert au monde de la part de celui qui nous a aidés à scruter le mystère de la foi, un exercice pratique de vérité à la lumière de la miséricorde de Dieu dans une vie. Elles peuvent inspirer tous ceux qui, à l’approche du face-à-face définitif avec le Christ, s’interrogent sur le sens de leur vie. Ces personnes pourront aussi trouver, auprès de notre curé, dans les Conversations du jeudi, un lieu où approfondir ces questions et découvrir la joie de devenir ainsi, à l’image de notre pape émérite, pour eux-mêmes et pour les autres, témoins et bénéficiaires de la miséricorde de Dieu.

Père Paul de Quatrebarbes

1 BENOIT XVI, Dernières conversations avec Peter Seewald, éd. Fayard, Paris, 2016, 285 p.
2Saint Augustin passa ses dernières années à relire, à évaluer et à critiquer ses œuvres. Quelques années avant sa mort en 430, ses derniers écrits furent publiés dans un recueil intitulé Retractationes, où s’y reconnaît non seulement sa clairvoyance théologique, en particulier dans le débat contre les pélagiens, mais s’y laisse également toucher le cœur et l’âme du grand saint.

Feuille d'Information Paroissiale de Notre Dame de Grâce de Passy
Editoriaux - archives



[Rentrée 2016] - Rencontre avec Mgr André Vingt-Trois

Ordinations épiscopales de Mgr Denis Jachiet et Mgr Thibault Verny